WE Louveteaux-Jeannettes du 17-18 janvier 2014 à Archiac

Ce samedi, les louveteaux et les jeannettes se sont retrouvé à Archiac, pour la première rencontre de 2015. Retrouvant leurs dévoués chefs et cheftaines – eux-mêmes accueillis chaleureusement par le curé de la paroisse, le Père Gaudin, ils ont été abordés par Bob l’Éponge. La mythique héros de dessin animé les a enfin rejoints au cours de son périple autour du monde : le manager de Bob, Pedro, avait déjà rencontré les enfants, leur révélant l’existence du trésor des Templiers (mais où ? il ne sait pas, évidemment). La mythique éponge accepte de les aider sous condition : ils doivent résoudre un petit litige entre Pedro le manageur et Rufus le garde du corps, qui accompagne aussi Bob. Un jeu en extérieur, consistant à déplacer un maximum d’objets d’un coin à un autre d’un terrain, a permis aux enfants de commencer le weekend en bougeant : en équipe, ils ont enfin calmé la dispute entre les deux acolytes de Bob.

Après cette activité plutôt ludique, place au goûter ! Passé le ravitaillement, certains – toujours en sizaine, préparent le repas, d’autres jouent encore, selon leur service attribué (ceux qui ne cuisinent pas ce soir feront la vaisselle). Le début de soirée les verra réunis plus calmement, c’est le « temps de notre mieux » : ce moment est consacré à la progression personnelle (les « atouts »). Chacun, son carnet entre les mains, cherche ce qu’il pourrait fabriquer, réaliser, changer, montrer à la peuplade, pour grandir. Les chefs les accompagnent dans cette démarche de la progression personnelle. Dans un second temps, c’est aussi l’occasion pour ceux et celles qui ont déjà réalisé un atout, de montrer ou exposer aux autres ce qu’il/elle a réussi. Une jeannette a par exemple préparé un « temps spirituel » qu’elle a animé pour les autres, afin de réussir l’atout « Maÿls« . Les louveteaux-jeannettes qui ont accompli un atout recevront une lettre du sylphe concerné pour les remercier.

Le repas, imaginé par un louveteau, a égaillé les papilles de la peuplade : ce soir, c’est repas espagnol (soupe carnée et épicée, paella et flan). Après l’obligée vaisselle, du rangement, et quelques frappes dans un ballon, la veillée peut commencer.

Bob revient. Et il est content. Il accepte d’aller à la recherche du trésor, cette nuit même, dans une épave engloutie dans la mare nostrum. Mais plonger dans la mer Méditerranée en une nuit ne se fait pas sans argent. Il propose donc aux enfants de le payer avec ce qu’ils gagneront ce soir au casino. La veillée casino réunit un magicien sournois qui leur joue des tours tordus, une femme étrange qui leur fait manger du chocolat déguisé, et un clown rigolo leur proposant un chamboule’tout. Une bonne défoule, en somme, même si certains personnages sont très avares. Toujours est-il qu’ils récoltent l’argent promis. Pendant la nuit où les louveteaux-jeannettes dorment dans les salles paroissiales, Bob l’Éponge cherche…

Le lendemain, après un réveil matinal et un petit déjeuner scout, l’Éponge refait surface et annonce aux enfants… que le trésor ne se trouve malheureusement pas sous la mer ! Déçus d’avoir gagné de l’argent au casino pour rien, ils décident, sur les conseils de Bob, d’aller visiter une grotte, qui s’avère se trouver à l’emplacement d’habitations troglodytes à Archiac. Là-bas, ils rencontrent un mineur italien, Jean-Philippo, qui creuse toute la journée. Ayant cherché ce trésor pendant de longues années dans les Pyrénées, le rital tient un semblant de piste dans le relief Archiacais. Il promet aux scouts de les prévenir si jamais il trouvait quelque chose – sait-on jamais. Mais trêve de blabla, il faut revenir à la réalité et aller à l’église, la messe commence bientôt.

Au début de la célébration, les louveteaux-jeannettes reçoivent un accueil chaleureux par les paroissiens et le prêtre. S’il est difficile de faire comprendre la messe à des enfants de huit à onze ans, il est intéressant – voire passionnant – de répondre à leurs questions concernant la religion, ou toute forme de spiritualité. L’animation, assurée par les chef.taine.s musicien.ne.s de la maîtrise, change un peu les habitudes des habitués. Un petit speech par l’un des chefs a servi à présenter brièvement l’association des Scouts et Guides De France, et en même temps à inviter les enfants du caté et leurs parents à partager un verre de l’amitié après la messe. Ainsi parents, enfants et chefs ont pu passer un moment convivial, avant de retourner chacun de leur côté.

Pour les scouts, le weekend n’est pas terminé : ils ont encore un repas, et quel repas ! C’est aussi, comme la veille, un enfant qui a prévu le menu. La jeannette propose ce dimanche un repas charentais. Au programme des réjouissances, pâté de grillon, haricots blanc et poulet de Barbezieux (excusez du peu !), le tout clos par une part de galette charentaise et de compote maison. Parce qu’aux scouts, on essaye – dans la mesure du possible – de manger de la nourriture locale et de qualité. En tout cas, ces deux repas pensés et prévus hors du cerveau des chefs ont été bienvenus, et la peuplade y a fait honneur : merci aux deux enfants et à à leurs parents qui ont assuré les courses et l’approvisionnement de la nourriture sur le lieu de weekend !

Le schéma qui suit un repas est classique : rangement, vaisselle, re-rangement. Le dernier temps de ces deux jours, en début d’après-midi, a été un moment d’écoute et d’échange à propos des attentats terroristes qui ont fait vingt morts début janvier. Peut-être les enfants ont-ils appris du drame de l’Hebdo, peut-être ont-ils vu les mots « Je suis Charlie », peut-être ont-ils été choqués, peut-être n’en n’ont-ils pas du tout entendu parler. Quoi qu’il en soit, les chefs ont prévu ce temps, important, pour permettre aux enfants de comprendre et de s’exprimer. C’est au travers de réactions simples, de questions et de dessins que les louveteaux-jeannettes se sont exprimé. Leurs responsables les ont aidé à comprendre des notions de base – mais tellement importantes à cerner – comme l’Islam, le terrorisme, le journal satirique. Même s’il a fallu parfois nier – et donc expliquer – de gros amalgames, les enfants sont reparti chez eux en en sachant plus qu’avant sur ces évènements qui ébranlent le monde qui s’ouvre à eux.

Avant de retrouver les parents, un débrief est rapidement organisé, pour leur permettre de dire s’ils ont aimé ou pas tel ou tel temps du weekend, et proposer une amélioration pour les prochaines fois. À 15h précises, les parents sont là pour récupérer leur jeune scout.e et discuter un peu avec les chefs. Pour ces derniers, la journée n’est pas finie : il faut encore ranger, nettoyer, laver, remercier le père de la paroisse, avant de remporter tout le matériel.

Bonne année 2015 !

Les photos/vidéos sont disponibles : suivez ce lien !